Home Connexion Déconnexion

Londres

Août 2014

Jour 1

Westminster

La journée a commencé difficilement, notre nuit au Tune hôtel a été mouvementé. Notre chambre est au 2ème étage et donne sur une rue très fréquentée. Malgré la fenêtre fermée et nos boules Quies, nous avons été continuellement réveillé par les sirènes des véhicules de secours et par les motards qui aiment faire les kékés.

Le matin, vêtu d'un pull et d'un imperméable, tenue fort surprenante pour un 15 août, nous avons été prendre le petit déjeuner chez Starbucks. Alors que nous pénétrons dans le café, il pleut averse...

Le timing est plutot bon. Quand nous en ressortons un peu plus tard le ventre plein, le ciel semble s’éclaircir : direction Victoria station pour une balade très touristique dans Westminster : Buckingham Palace, Saint James's Park, Westminster Abbey, Trafalgal Square, Big Ben. Niveau temps, l'éclaircie se confirme, on range nos imperméables et nos pulls, à la place, on sort nos lunettes de soleil.

Southbank

Puis, nous continuons le long de la Tamise via la Queen's Walk. Comme à son habitude, ce coin offre son lot d'artistes : la douce voix demoiselle blonde appelé Charlotte Campbell nous accompagne un moment, un Charlot joue les statue, un gars joue de la cornemuse sur la plage tandis que les passant lui jette des pièces depuis le quai... A midi, nous tombons déjà de fatigue et nous arrêtons déguster deux burgers au Warf. Et c'est le repu que nous rentrons à l’hôtel pour une petite sieste.

British Museum

Un peu de repos et un cappuccino plus tard, nous voilà à nouveau sur pieds !

Dans l'après-midi, nous ressortons visiter le British Museum. Point de métro cette fois, on décide de prendre le bus afin de profiter de la vue pendant le voyage ! Le British Museum est vraiment fantastique. Il héberge les vestiges d'un tas de civilisations aujourd'hui disparues : égyptiens, romains, grecs, aztèques et incas, pour ne citer qu'eux. Nous qui avons tendance à s'ennuyer dans les musées, on est ici comblé. Et pour couronner le tout, le musée est entièrement gratuit !

Soho

Ensuite, nous continuons notre balade dans les rues londoniennes. Toujours pas de pluie en vue contrairement aux prédictions météo, il fait beau et chaud, je regrette presque de ne pas avoir osé sortir le bermuda. A Covent Garden on retrouve notre Charlot du matin en plein spectacle. A Leicester Square on s'arrête écouter un groupe composé d'un grand rasta black aux percussions, d'une mignonne brune au micro et au ukulélé, et d'une rockeuse à la basse, le mélange surprend mais le résultat est très jovial. Sur la route on tombe sur le M&M's store. on décide de rentrer pour le fun, mais c'est horrible : dès le pas de la porte, une employée est là pour nous tendre un sac afin qu'on fasse des achats, et à l'intérieur, en plus de la forte odeur de bonbon, de la musique assourdissante, pas un seul M&M's original, seulement 4 étages de produits dérivés ridicules. On poursuit dans les petites rues, en admirant les devantures des bars, les magasins vintages et les galeries d'art (en particulier les peintures de Neil Dawson). Finalement, à Picadilly Circus, alors que nos pieds commencent à nous lâcher, nous tombons par hasard sur le restaurant de Jamie Oliver où on se pose pour manger. Les plats sont vraiment excellents, et le budget est très correct (on s'en tire pour environ L30 à 2). Retour en métro où une nouvelle fois on est surpris par la qualité des artistes londoniens, une voix semblable à celle d'Alanis Morisette nous accompagne tandis que l'on s'enfonce dans les couloirs moites et bondés de Tottenham.

Épuisés mais heureux, nous voilà de retour à l’hôtel. Cependant, on déchante un peu. Le pub d'à côté est blindé de monde et la musique se joue à fond. Dans la chambre, on entend tout. Par chance, les employés de l’hôtel sont compréhensifs et acceptent de nous changer de chambre. La nouvelle est un poil plus petite mais donne sur une petite cours intérieure très calme !

Jour 2

Notting Hill

Malgré le silence, la nuit n'a été moyenne. Le lit est mou, difficile de trouver une position dans laquelle notre dos ne nous fait pas souffrir au bout d'une heure. Mais ce n'est pas bien grave. Le ciel est dégagé, la journée devrait être belle !

Une nouvelle fois, nous passons par la case Starbucks pour nous remplir la panse.

Puis on fonce prendre le bus en direction de Notting Hill Gate. L'expérience d'hier nous a convaincu, en plus d'être plus agréable le bus est moins cher, alors, pourquoi hésiter ? Sur place, nous commençons par le marché de Portobello Road. Les stands d'antiquités côtoient les stands de nourriture et les magasins vintages. Les petites maisons colorées ne gâchent rien. Mais, car il y a toujours un mais, il y a du monde, beaucoup, beaucoup, beaucoup de monde. Il est très difficile de circuler dans les rues, et encore plus de s'approcher des stands ou d'entrer dans les magasins. On quitte finalement la foule pour plonger dans les rues huppées de Notting Hill. Le quartier est vraiment sympa, les maisons victoriennes colorées s'enchainent, les rues sont très vertes... et le nombre de Porshe au m² augmente très fortement ! On se met d'accord pour un jour venir s'installer ici et acheter une maison à porte verte. Enfin, on bifurque vers le Holland Park et très calme où on se pose un instant sur l'un des jolis bancs.

Southwark

L'après-midi commence par une nouvelle sieste afin de reposer nos jambes fatiguées, puis on prend le bus vers l'imposante Saint Paul Church. On traverse la Tamise via le Millenium Bridge, puis on reprend la Queen's Walk quasiment où on l'a laissé la veille. Sur la route, on fait un détour pour voir le Borought Market, mais on arrive trop tard, tous les exposants sont en train de ranger. On passe donc à l'étage suivante : grimper en haut du Shard, cet immeuble (le plus grand d'Europe) n'était pas là lors de notre précendent passage. Il culmine à plus de 100m. L'entrée nous coutera L30 par personne, ensuite on nous faire poser pour une photo devant un fond vert, puis il faut prendre un ascenseur jusqu'au 33 ème étage, puis un autre jusqu'au 68 ème étage. Il faut grimper à pied un étage de plus pour enfin découvrir la vue. Londres s'étend sous nos pieds, et sur des kilomètres à l'horizon. Le lieu est pas mal bondé, il est difficile d'accéder aux vitres. Le bar vend uniquement du champagne (à L10 la coupe) et ne propose aucune place assise... On monte alors au 72 ème étage, il n'est pas possible d'aller plus haut. Cet étage est vraiment sympa, déjà car il y a beaucoup moins de monde, ensuite parce qu'il n'est pas intégralement fermé. Le vent s'y engouffre et la sensation d'être dans les airs autrement que dans une bulle close est très agréable. On reste là un moment, puis on décide de descendre au 31 ème étage afin de se poser au bar et pourquoi pas d'attendre que le soleil se couche pour remonter. Malheureusement, on se fait refouler à l'entrée, le dress code est strict pour y entrer, voilà pourquoi on voyait autant de personnes sur leur 31 ! Pour sortir, il faudra encore faire le jeu des ascenseurs, passer par la boutique souvenir du 33 ème étage, puis par la boutique souvenir du RDC où on tentera de nous faire acheter la photo prise au début (avec pour décor la vue du Shard). Au final, on aime la vue et l'étage "entre-ouvert", mais on n'aime pas beaucoup moins d'être considéré comme un potentiel distributeur de billet... Dehors, on reprend notre balade jusqu'au Tower Bridge.

Brick Lane

Un nouveau voyage en bus plus tard, nous voilà à Liverpool Street, on marche jusqu'au quartier indien de Brick Lane. On voulait y découvrir son célèbre marcher, mais nous sommes une nouvelle fois là beaucoup trop tard. On ne marche pas très longtemps avant de choisir un restaurant, nous sommes affamés. Notre choix est peu fameux, le repas est correct mais très loin d'être au niveau de l'indien que nous fréquentons habituellement à Paris...

Jour 3

Camden

Dernière journée, mais on ne casse pas notre rituel. Après avoir laissé nos bagages à la consigne de l'hotel, on commence par un arret chez Starbucks.

Puis on prend le bus en direction de Camden Market, un endroit que nous avions particulièrement apprécié la dernière fois. Nous sommes là de bonne heure, l'endroit est encore pratiquable. En plus, même si le temps est couvert, il n'y a pas encore de pluie alors que la météo en annoncait pour toute la matinée. On prend donc le temps de se faufiler dans les allées et d'inspecter le plus de stands possibles... Il y a tellement de choses à voir que c'est compliqué, notre regard se perd dans l'immensité du marché qui devient un labyrinthe. Madame achetera un porte-feuille en souvenir, et moi un T-Shirt qui viendra compléter ma collection. Vers midi, on rejoint le coin où sont regroupés un grand nombre de stands de nourriture. Sandwich argentin pour moi, Madame opte pour un sandwich chevre, chutney poire/oignon et roquette, végétarien et sans gluten ! Heureusement que nous sommes abrités au moment où on déguste ce succulent repas, une violente averse s'abat sur le marché.

Il est déjà l'heure de rentrer à l'hotel récupérer nos valises et foncer à la gare prendre le train... On ne va pas se plaindre, le week-end a été très chouette, on a réussi à passer entre les gouttes ce qui était loin d'être gagné, et nous avons tellement marché que nous sommes courbaturés de partout... Il y a peu de chance que nous aurions tenu un jour de plus à ce rythme là !

Après le séjour en Bretagne, puis en Crète, nous étions impatient de repartir en voyage. Le suivant était prévu pour septembre, mais cela nous paraissait vraiment loin. On a donc cherché un petit séjour à faire "histoire de patienter". La contrainte étant que mon solde de jour de congé est nul... Le 15 aout était donc une bonne occasion de partir 3 jours !

Mais comme toujours dans ce genre de cas, quand on s'y prend tard, il ne reste plus grand chose à un prix qui ne soit pas excessif. Le tarif de l'Eurostar pour ces dates était encore correct (140E l'aller-retour par personne), du coup on a pas hésité longtemps.

Sauf qu'à Londres, la grande quête c'est le logement. Une fois qu'on a exclu les auberges de jeunesses avec dortoirs et salle de bain communes, il ne reste que des chambres à 100E la nuit, loin du centre, et avec une hygiène douteuse (quand je repense aux nombres de commentaires du type "la chambre était au sous-sol, sans fenetre, et il y avait des cafards"...).

Sur TripAdvisor, on a découvert le Tune hotel, une chaine dont le concept est de proposer des chambres minimales (un lit et une salle de bain) à des tarifs minimaux (on parle de 92E la nuit pour une ville comme Londres...). Dans notre cas, on rajoutera L2 pour avoir les serviettes de bain et articles de toilettes, L8 pour le wifi, L8 pour la télé qu'on ne regardera pas et L5 pour la consigne le dernier jour. Cela nous revient pour environ 100E la nuit.

La chambre qu'on a est petite, il n'y a pas de chaise ou de fauteil, pas de bureau (juste une tablette qui se déplie afin de poser un ordinateur), pas de placard (simplement une barre et quelques ceintres pour suspendre, mais je me vois mal y accrocher mes calecons et mes T-Shirts) mais elle est propre et bien située (à deux pas de la gare, et donc de tous les transports en commun).